Cultiver l’Humain à l’ère digitale ?

Le rêve de Jean Fourastier d'une économie humanisée s'est confronté à notre modèle basé sur une logique de croissance...

Partager :

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur email

à propos de l'auteur

Fabien Deloche

Coach, préparateur mental, conférencier & chercheur en management durable. Fondateur & Directeur pédagogique de l’école de coaching COACH-MANAGER.

En 1948, l’économiste visionnaire et influent Jean Fourastié (1907-1990) décrivait dans son ouvrage « Le grand espoir du XXe Siècle » 3 phases de l’histoire humaine : la société agraire qui cultivait la terre, la société industrielle qui travaillait la matière et adviendrait celle où l’humain se cultiverait lui-même. Une société de service dont les moteurs seraient l’éducation, la santé, les loisirs ainsi que la culture intellectuelle et le perfectionnement moral. Une étape où l’homme travaille l’homme lui-même et la valeur sociale du travail est définie par le temps que chacun consacre à autrui.

Ce rêve de Jean Fourastier d’une économie humanisée s’est confronté à notre modèle basé sur une logique de croissance, car il est plus facile d’industrialiser la culture du blé que la relation à autrui ! Cependant la révolution numérique à permis un tour de passe-passe, transformer l’homme en information l’homo digitalis pour permettre un meilleur rendement et profit : un médecin peut traiter plusieurs dossiers patients numérisés à la fois, un professeur transmettre via un MOOC à des milliers d’apprenants dans le monde, un manager donner ses objectifs à l’ensemble de ses équipes en un mail…

Et Boum ! Un succès au gout amer, car nous retombons dans le piège de la société industrielle qui pour nous apporter plus de confort à déshumaniser le travail sur l’autel du rendement. On pensait que les réseaux sociaux augmenteraient les relations interpersonnelles, or, c’est l’inverse ils les remplacent. Et plus je suis distant dans mes relations, plus j’en ai peur et plus je suis distant… et nous déshumanisons nos relations et donc notre qualité de vie.

Alors, comment cultiver l’humain à l’ère digitale ? L’enjeu est d’utiliser autant notre intelligence pour innover et performer que pour garder le sens de nos actions et nous réguler. Posons-nous la question des « limites » de l’utilisation des outils et du rendement à tout prix. Protégeons-nous en régulant les excès de certains progrès qui ne portent pas en leur sein le mode d’emploi d’une utilisation saine. J’illustre souvent cela par une anecdote d’un père qui me dit « j’en ai marre de cette tablette qui lobotomise le cerveau de mon ado de fille! » a qui j’avais répondu ironiquement « tu as raison il devrait mettre un manuel dans le paquet d’éducation des parents pour éduquer leur enfant à une utilisation saine des technologies ! ».

Nous sommes intelligents, nous sommes en capacité d’agir avec lucidité et bon sens, activons en nous notre pouvoir de régulation et responsabilité. N’abandonnons pas aveuglément notre cerveau au rendement et aux technos et choisissons de les stopper quand il n’apporte plus de bien-être ou n’augmente plus notre humanisation. Et cultivons la relation directe.

Je finirai avec cette citation de Jean-Pierre Darroussin dans le Coeur des Hommes : « qu’est ce que vous feriez si vous étiez moins con ?! » … un bon principe d’autorégulation non ?!

(article inspiré de « l »enjeu est de ne pas nous laisser déposséder de notre humanité » Daniel Cohen Nouvel Observateur 30/08/208)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mentions légales

Responsable de la rédaction, Directeur de la publication

Fabien Deloche
06 08 06 92 11
mail[at]fabiendeloche.com

Contenus

L’ensemble de ce site relève des législations françaises sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents iconographiques et photographiques.

Crédits photo : ©

Toute représentation totale ou partielle de ce site par quelle que personne que ce soit, sans l’autorisation expresse de l’éditeur est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Cela dit, conformément à l’article L. 122-5 du Code de la propriété intellectuelle, les courtes citations du contenu sont autorisées, sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l’auteur et de la source, par un lien vers une des pages de ce site web.

desigN & Conception

Virginie Guyony / Indélébile Création
06 76 12 87 34
virginie[at]indelebile-creation.com

HÉBERGEMENT

Le site est hébergé en France sur les serveurs de la société OVH
2 rue kellermann
BP 80157 59053 ROUBAIX Cedex
1 +33 (0)8 203 203 63
support@ovh.com
www.ovh.com

 

Utilisation des données personnelles

Les données personnelles collectées sur le site ne seront en aucun cas distribuées à des tiers, ni vendues, ni louées, ni prêtées. Conformément à l’article 32 la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations que vous nous communiquez par le biais des formulaires présents sur le site sont nécessaires pour répondre à vos demandes et sont destinées uniquement à l’éditeur du site. Conformément à cette loi, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, ainsi que d’un droit d’opposition au traitement de vos données pour des motifs légitimes. Vous pouvez exercer l’ensemble de ces droits auprès de l’éditeur du site par mail ou par téléphone.

Cookies

Lorsque vous naviguez sur notre site internet, des informations sont susceptibles d’être enregistrées, ou lues, dans votre terminal : le dépôt et la lecture de cookies nous est utile uniquement afin d’analyser votre navigation et nous permettre de mesurer l’audience de notre site internet. Vous pouvez vous opposer à l’enregistrement des cookies en configurant votre navigateur Internet. Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter le site officiel de la CNIL.